+351 211 914 457
info@portugueseliving.com portugueseliving

Acântara/Belém

ALCÂNTARA / BELÉM | Le Président de La Republique sait ce qu’il fait. Il y a des raisons pour que sa Résidence Oficielle soit à Belém: Le Tage, “Mosteiro dos Jerónimos”, “Torre de Belém” et les pâtisseries feuilletés de Belém.
De Alcântara à Belém  le  paysage  est  le  même:  le Tage.  Le mot Alcântara vient de l’arabe ‘al-quantara’, dont la signification (pont) donne sens au magnifique pont “25 de Abril” qui relie Lisbonne à la Rive Gauche.

Dans cette zone de la ville qui, au debut du dernier siècle était un des quartiers qui conspirait contre la monarchie, le divertissement est assuré. Les “Docas de Alcântara” (vulgairement connues comme ‘Docas’) constituent un centre d’ amusement (restaurants, bars, et discothéques) qui ocupent la zone dés la fermeture dês anciennes usines. Personne ne se rappelle plus comment était Lisbonne avent qu’on ne puisse boire un cocktail au bord de la rivière. À ne pas perdre: “Speakeasy” bar “live music” de Jazz (Cais das Oficinas, Armazém 115-Rocha do Conde de Óbidos), le restaurant de viande “Espalha Brasas” (Doca de Santo Amaro, Armazém 9) et “Op Art Café”, le bar after hours tout en verre pour les amants d’electrodance (Doca de Santo Amaro).

La “Torre de Belém” (considerée Pratrimoine de l’Humanité dès 1983) a été construite en hommage au patron de la ville, S.Vicente, à la place où était ancrée la ‘Grande Nau’ ou le grand navire des Découvertes.
La Tour est située à la rive droite du Tage et c’est un des monuments à visiter. À sa construction, elle était entourrée par l’eau, mais aujourd’hui est en terre ferme. C’est le symbole maximum du style ‘Manuelino’ au Portugal, où s’ajoutent des influences Islamiques et orientales.

Ne laissez pas de visiter le Monastère “dos Jerónimos”, le “Padrão dos Descobrimentos”, “Jardiin Botânique Tropical”, “Musée de la Marine”, le “Musée de l’Electricité” et  le “Musée des Coches” (avec une des plus impressionantes collections de coches du monde). Si vous avez des enfants, emmenez-les au “Planetarium Calouste Gulbenkian”. C’est de l’amusement et de l’education.
Mais Belém n’est pas fait d’Histoire uniquement. La preuve est le Centro Culturel de Belém, à ‘Praça do Império’ (Project audacieux d’architecture de Vittorio Gregotti et Manuel Salgado) avec une des programmations culturelles les plus eclethiques du Portugal, au niveau de que que mieux se fait en Europe (le Museu Berardo – Musée d’Art Contemporain, par exemple).
Dégoustez les fameux gâteaux feuilletés de Belém à l’usine originale (Rua de Belém). Il y a diverses salles, pleines d’azulejos fantastiques, avec beaucoup de places et beaucoup d’employés toujours trés affairés.

Campo D'Ourique/Amoreiras

CAMPO D'OURIQUE / AMOREIRAS | Campo de Ourique est un quartier qui vit sa propre vie au cœur de Lisbonne. Cette zone résidentielle des classes moyenne et privilégiée a une grande tradition commerçante et est considérée comme l’un des quartiers de la ville où l'on jouit d'une très bonne qualité de vie.

Ici, il est normal de voir les gens se saluer, des familles se promener et faire des courses.  Des politiciens, des artistes et des journalistes choisissent Campo de Ourique pour vivre et socialiser.  Situé entre Amoreiras, Estrela et Prazeres, Campo de Ourique ne faisait pas partie du centre de Lisbonne jusqu'au 18ème siècle.
Tout au début, il s'agissait juste d'un flanc de colline balayé par le vent où vivaient les ouvriers des usines se trouvant en contrebas à Alcântara.  Les rues de Campo de Ourique sont remplies de magasins, de cafés, de pâtisseries, de cabinets médicaux et de bureaux.
 
Les deux trams, le 25 (Alfândega / Campo de Ourique) et le 28 (Martim Moniz / Campo de Ourique) rendent les déplacements plus faciles et donnent un certain charme à ce quartier.  
Pour mieux sentir l'ambiance familiale de ce quartier, allez faire un tour des cafés les plus anciens : “A Tentadora” (Rua Ferreira Borges nº 1), “Ruacaná” (Rua Almeida Sousa 31 A/B) et “O Canas” (Rua Saraiva Carvalho nº 145 A/B).  
Pour les amants du vin, il existe le paradis “A Garrafeira de Campo de Ourique“ (Rua Tomás Anunciação nº 29 A).
Ne manquez pas de visiter l'Église du Santo Condestável, de l'architecte Vasco Regaleiro ainsi que le marché de Campo de Ourique, construit il y a plus de quatre-vingt ans, et qui vient d´être rénové, modernisé et même redynamisé grâce à l’installation de petits kiosques modernes aux allures de restaurant, “tasquinhas “.

Il abrite aussi un endroit très beau et très calme de la ville de Lisbonne :
le cimetière dos Prazeres (des Plaisirs)… Pouvait-on rêver d'un plus joli nom pour un cimetière ? Ce qui frappe lorsque l'on entre dedans, c'est l’impression de paix et de tranquillité qui s'en dégage dans les allées ombragées.
Un autre symbole de ce quartier est le Centre Commercial Amoreiras inauguré en 1985. Ce centre commercial s'est distingué dès le début par son architecture audacieuse, conçue par Maître Tomás Taveira.  Il a reçu le Prix Valmor et le Prix Municipal d'Architecture en 1993.  Les meilleures marques ont ici leurs enseignes.  À deux pas de là, profitez-en pour aller faire un tour au Jardin des Amoreiras ou Jardin Marcelino Mesquita, imaginé par le Marquis de Pombal et le Réservoir Mãe d'Água des Amoreiras (Praça das Amoreiras nº 10).

Estrela/Lapa

ESTRELA / LAPA | À Lisbonne, les quartiers de Lapa  et d’Estrela sont synonymes d'histoire et de classe. Plusieurs vieilles familles de la ville y ont leurs maisons. Ce sont des quartiers résidentiels par excellence, centraux, avec un commerce très actif. Dans le quartier d’Estrela,  il y a un jardin et une basilique qui ne vous laisseront pas indifférents.

La basilique (construite au XVIIIème siècle) située au "Largo da Estrela" est un mélange de styles baroque et néo-classique.  La coupole et la façade (avec deux tours jumelles et des statues de saints et d'autres figures) sont une des cartes postales de Lisbonne. Elle est ouverte tous les jours jusqu'à huit heures du soir. Juste en face de la basilique d’Estrela se trouve le "Jardim da Estrela". Il abrite une incroyable variété d’arbres : des bananiers, des jacarandas et des platanes, ainsi que des animaux : des canards, des paons, des cygnes, des tortues et même des perroquets. Il s’agit d’un des plus élégants jardins de la capitale. Sur le modèle des jardins romantiques anglais, le "Jardim da Estrela" héberge le plus ancien kiosque à musique en fer forgé de Lisbonne. C'est un excellent espace pour lire, courir, prendre un verre, promener son chien et laisser les enfants s’amuser dans l’aire de jeux . Si vous avez un ordinateur portable, emportez-le. Il y a un accès WIFI gratuit.   Le quartier d’Estrela est desservi par de nombreux autobus et les tramways 25 et 28 ; la station de métro du Rato n’est pas loin non plus.

Le quartier de Lapa remonte à la seconde moitié du XVIIIème siècle. Plus de deux siècles après, c'est là qu'on trouve bon nombre d’ambassades : Chine, Belgique, Luxembourg, Roumanie, Pays Bas, Royaume Uni et Suède en sont quelques exemples.

Dans le quartier de Lapa, on a la sensation de se retrouver dans une Lisbonne d’autrefois, où il y a du temps pour tout faire. Ne manquez pas de déjeuner ou de dîner au restaurant "A Padaria da Lapa" (Rua de S.Félix, 33-A), de prendre le thé à "Casa de Chá da Lapa" (Rua do Olival, 8), un espace élégant et historique, fréquenté par plusieurs figures de l'élite de Lisbonne.

Octroyez-vous un moment de détente au "Spa Lapa Palace" (Rua do Pau de Bandeira,4). Pour une soirée de Fado, il n’y a rien de mieux que le "Sr. Vinho" (Rua do Meio, à Lapa, 18), un restaurant/ maison de Fado ouvert depuis 1975. Goûtez-y une des spécialités de la maison : le "Bacalhau à Sr. Vinho", le "Cabrito Assado no Forno" ou encore le ”Lombo de Porco com Arroz Árabe e Frutos Tropicais" .  Quand le silence se fait, c'est parce que l'un des chanteurs de Fado de la maison entre en scène :  Maria da Fé, António Zambujo et Adelina Duarte, pour ne citer que les plus connus.  La qualité y est assurée : une véritable sélection en or.

Santos | Design District

SANTOS DESIGN DISTRICT | Cette partie de la ville, en bord du Tage et proche de la gare du Cais do Sodré (d’où partent les trains pour Cascais) est un quartier considéré de plus en plus à la mode. Zone urbaine industrielle de par le passé, beaucoup d’artistes et de créateurs ont choisi d’y vivre et d’y travailler.  On y trouve de plus en plus d’espaces dédiés à la formation artistique et artisanale, des ateliers et des magasins originaux. On peut dire que la créativité a élu domicile à Santos.

En décembre 2006, face à l’évidence que ce quartier était en train de devenir le “quartier design” par définition, certains des magasins design de la capitale se sont associés avec pour objectif de dynamiser le quartier et ont créé le “Santos Design District”, une marque désormais connue au niveau international, et dont les deux mots d’ordre semblent être “sobriété” et “élégance”. Nombreuses y sont les écoles de design, d’architecture, d’audiovisuel, de bijouterie : ETIC, IADE, UAL, pour n’en citer que quelques unes.  Bon nombres d’ateliers d’architecture et de design, d’agences publicitaires et de maisons de productions, de décoration Design : Vitra, Kartell, Boffi e Bulthaup, etc… ont pignon sur rue à Santos

Une des autres raisons qui fait que Santos est un des quartiers toujours plus recherchés, est son intense vie nocturne. Sur l’Avenue, les bars et les boîtes de nuit se suivent. Ici se trouve une des discothèques les plus célèbres de la ville, le “Kapital” (Avenida 24 de Julho, nº68).  Pour pouvoir y entrer, il vous faut souvent y faire la file, mais une fois à l’intérieur, l’excellente musique vous fait probablement oublier l’attente… On s’y amuse aussi ailleurs dans ce quartier… comme par exemple au “Xafarix”, un endroit où l’on joue de la musique “life” (Rua Dom Carlos I, nº 69), au “Kubo Bar” (Rua da Cintura), à l’ “Urban Beach” ou encore l’ “Estado Liquido”; ce dernier est un sushi-lounge-bar avec un Dj (Largo de Santos nº 5 A). Pour ceux qui aiment la cuisine Thai et les endroits alternatifs, ne manquez pas d’aller au “Café Malaca”, qui se trouve au “Clube de Remo de Lisboa” (Cais do gás, armazém H, 1º) et le “Mao” (Avenida 24 de Julho, nº116).

Au théâtre “A Baraca” (Largo de Santos, 2), vous pouvez voir des pièces de théâtre, mais aussi assister à des concerts, des récitals de poésie et, le dimanche, au marathon de tango argentin qui y a lieu. C’est un endroit très agréable pour simplement prendre un verre en bonne compagnie, surtout l’été quand la terrasse vous y invite.  

Le dimanche, on peut aussi aller faire un tour à la Foire des Collectionneurs qui a lieu au Mercado da Ribeira (Avenida 24 de Julho).  A l'aube, c'est là que se déroule le "Mercado da Ribeira Nova", le marché de Lisbonne, une sorte de “halles” lisboètes, qui fonctionne du mardi au dimanche de 5 heures suivantes. Ce marché est composé d’une cinquantaine de marchands, véritables ambassadeurs des produits locaux: fruits, légumes, herbes et épices, huile d'olive, du vin et autres spécialités de la cuisine du Portugal, fleurs, viandes, poissons et fruits de mer.  On y a récemment aménagé un "marché des saveurs", un hall avec de nombreux restaurants pour tous les goûts et de nombreux "happenings".

Si vous venez faire un tour dans ce quartier, ne manquez pas de visiter le fascinant Musée National d’Art Ancien (Rua das Janelas Verdes).  Après avoir vu la collection, qui va de la peinture portugaise et européenne à la peinture et à la sculpture africaine et orientale, de la céramique portugaise et chinoise aux paravents japonais Namban et au mobilier indien, sans oublier un des chefs-d’oeuvre du peintre flamand Hieronymus Bosch, le fameux triptique des “Tentations de Saint-Antoine”, vous pouvez vous reposer dans le joli jardin de cet ancien palais qui date du XVII ème siècle et y manger et boire quelque chose au café-restaurant sur une des petites tables au dehors tout en profitant de la belle vue sur le fleuve Tage.  

Si vous voyagez avec des enfants, un programme amusant à faire en famille est la visite du Musée des Marionnettes, situé dans l’ancien couvent des Bernardines, construit au XVIIIème siècle.  Le musée abrite plus de 800 marionnettes du Portugal et d’ailleurs ainsi qu’un théâtre (Rua da Esperança, nº 146).  Finalement, vous pourrez vous reposer de votre belle promenade dans le verdoyant jardin Nuno Àlvares, également appelé “Jardin des Saints” (Jardim dos Santos).

Rato

RATO | Le Largo do Rato est un quartier central de Lisbonne à la croisée de plusieurs chemins distincts.  Depuis 1848, cet endroit est désigné comme Largo do Rato.  L’histoire remonte au 17ème siècle quand Luís Gomes de Sá e Menezes, dont le sobriquet était “Rato”, a donné son nom au couvent, à l’endroit et au quartier qui s’y trouvaient (actuellement seule l’Église qui appartenait au couvent fonctionne).

En 1881, la ville de Lisbonne a décidé de modifier le nom de la  rue pour “Rua do Rato”.  Plus tard, avec l’instauration de la Républica, en 1910, cet endroit a pris le nom de “Praça do Brasil”, pour finalement en 1948 reprendre son toponyme original.
Ce quartier qui se trouve à une courte distance d’Estrela, du Príncipe Real et des Amoreiras, où vous pouvez tout faire à pied, offre une grande variété de patisseries, de restaurants de nourriture traditionnelle portugaise, italienne, indienne ou encore des fast-food.
Dans le voisinage, vous trouverez des  boutiques, des supermarchés et des mini-marchés. De nombreux bus passent au Rato et depuis 1977, une station de métro vous permet de rejoindre le reste de la ville, comme le Chiado ou l’aéroport, en à peine quelques minutes.

Le “Jardim de principe Real”,  le “Jardim de Estrela” et  le “Jardim da Amoreiras” sont trois des jardins publics les plus importants de Lisbonne à 5 minutes à pieds du Rato.
où vous pouvez vous promener, vous reposer sur la pelouse les chaudes journées d’été  ou encore prendre un verre dans un des kiosque typiques que vous trouvez aux quatres coins de Lisbonne.

Príncipe Real

PRÍNCIPE REAL | Principe Real est une des zones nobles de la ville avec de petits palais, des maisons charmantes, des jardins avec de l’Histoire. Tout près du “Bairro Alto”  l’arrondissement du  “Principe Real” est caractérisé par le calme et l’elégance. Le jardin “Principe Real” est l’ ex-libris du quartier. Il y a une raison: un grand “Cèdre-du-Buçaco”, avec 20 mètres de diametre. Au siècle XV cette zone était nommée “Alto da Cotovia”. Un siècle plus tard c’était l’ordurerie du “Bairro Alto”. Ce n’est qu’en 1830 que la Mairie de Lisbonne a transformé ce déchet en une Place Romantique, devenue Place “Principe Real” (Prince Royal) en 1859.

Pendant les années 50 était déjà conclue la construction du Réservatoire Nationale de L’Eau, qui faisait l’approvisionnement du jardin et faisait la liaison avec quelques fontaines de Lisbonne: celles du “Século”, du “Loreto” et  de “S. Pedro de Alcântara”.
Le jardin (avec une surface de 1,2ha) fut inspiré au goût romantique anglais. Au centre, il y a un grand étang avec un jet d’eau. Dès 1915, la désignation officielle du jardin est “Jardim França Borges”, un hommage au journaliste républicain.

Il y a d’autres jardins à dècouvrir dans cette zone: Le Jardin Botanique et le Jardin “Praça das Flores”, par exemple. Ce dérnier semble sortit d’une toile. En Été, c’est un lieu frais où les terraces sont irrésistibles.
Il vous faut visiter l’Église de “Mercês” (ou de Jesus), l’Église de Notre Dame de la Conception de “Cardais”, le Musée National d’Histoire Naturelle et la Maison- Musée “Amália Rodrigues” (rue S. Bento, 191-193).

Si vous êtes un passioné des antiques, il vous faut décendre la rue S. Bento. Vous ne serez pas déçus: il y a des boutiques avec des prix pour toutes les bourses!
Si vous êtes un amant du Théatre, vous n’avez pas besoin de sortir du quartier. Le Théatre “Politécnica” (rue Escola Politécnica) et le Théatre “Cornucópia” (rue Tenente Raúl Cascais, 1-A), sont des exellentes options.
Les transports sont faciles. Le metro de “Rato” est à 5 minutes.
Laissez-vous vous enchanter par “Principe Real” et sentez vous tel un Roi... où une Reine.

Bairro Alto

BAIRRO ALTO | Le Bairro Alto, c'est "Le Bairro" (le quartier) par excellence. Et ce titre lui suffit pour traverser les années, depuis la moitié des années '80, comme une des zones historiques la plus alternative de Lisbonne. C'est ici que tout se passe. Galeries d'art, bars, T-restos, boutiques.
Pendant la journée, c'est un quartier tranquille, typique avec ces petites épiceries, des écoles d'art et des boutiques qu'on ne trouve nulle part ailleurs.  La nuit, c'est le quartier des nouvelles tendances de la musique, de la danse et de la mode, comme dans n'importe quelle autre capitale européenne.
Construit à la fin du XVI siècle, le Bairro Alto, est un  petit quartier délimité à l'ouest par la Rua do Século, à l'est par la Rua da Misericórdia, au Nord par la Rua D. Pedro V et au sud par la Rua do Loreto et le Largo do Calhariz.

Au cours du XIXème et une partie du XXème siècles, plusieurs journaux et typographies avaient ici leurs installations. C'est la raison pour laquelle certaines rues portent des noms comme Rua do Diário de Noticias (grand quotidien portugais) et Rua Século (Le premier journal au Portugal).
Ce quartier a toujours été fréquenté par des écrivains et des journalistes et pendant très longtemps, il a été considéré avec méfiance en raison de la prostitution et de la profusion de bistrots. Aujourd'hui, les artistes continuent à le préférer et les doubles-fenêtres simplifient la vie des habitants.

Dans le Bairro Alto, vous trouvez tous les genres de personnes possible et l'offre d'endroits où passer un bon moment est inépuisable: les restaurants italiens, marocains, indiens ou encore thaïlandais sont de véritables tentations et, si vous cherchez bien, vous y trouverez toujours des nouveautés. Pour la cuisine portugaise, essayez l'une des meilleures adresse de Lisbonne et d'Europe, Le Pap'Açorda (Rua Atalaia, 57), ou encore d'autres beaucoup plus simples, comme le 1º de Maio (Rua da Atalaia, 8), La Tasca do Manel (Rua Barroca, 24) ou encore Le Bota Alta (Travessa da Queimada, 35).
Si vous voulez faire des folies en shopping, vous n'aurez que l'embarras du choix : Agência 117 (Rua do Norte, 117), Aleksandar Protihch (Rua da Rosa, 114) ou Fátima Lopes (Rua da Atalaia, 36).

Pour vous amuser la nuit tombée, découvrez le Clube da Esquina (Rua da Barroca, 30-32), le Frágil (Rua da Atalaia) ou le Purex Club (Rua das Salgadeiras, 28).
Grimpez au Principe Real ou descendez à Bica ou au Chiado, et tout sera parfait, mais le Bairro Alto sera toujours le Bairro - Votre Bairro.

Santa Catarina/Bica

SANTA CATARINA / BICA | Le quartier de Santa Catarina a été fondé en 1559, dans un endroit qui correspond à la pente qui descend du “Principe Real“ jusqu’ à “Boavista“. Certains pensent que l’on y trouve un peu du “Chiado“, du “Bairro Alto“ ou de “São Bento“.  Et bien oui, c’est un peu de tout cela.
Santa Catarina est surtout un quartier historique.  La Calçada do Combro, rue qui traverse le quartier, exhibe de riches et belles façades anciennes.  Dans le quartier de  Santa Catarina, il y a des églises et des couvents, des palais qui ont été transformés en écoles d’arts. Le Palais Pombal (Rua do Século, 65-93) où l’École Supérieure de Danse a élu domicile, le Palais Braamcamp (Pátio do Tijolo, 25), le Palais Marim Olhão (Calçada do Combro au coin de la Rua do Século) sont à peine quelques exemples.

Arrêtez-vous et visitez l’église de Santa Catarina (“Paulistas“) dans la Calçada do Combro et l’ancien Couvent “dos Caetanos“, l’actuel Conservatoire National, dans la Rua dos Caetanos. Ici, il est probable que vous entendiez de la musique classique dans la rue, le matin.  Les cours de l’École de Danse du Conservatoire National (Rua João Pereira Rosa, 22) se propage dans l’air. C’est très romantique. Les artistes ne manquent pas dans le quartier de Santa Catarina.
Faites un voyage à bord de l’Elevador da Bica. Depuis 1892, il monte et il descend entre la Rua de São Paulo et le Calhariz. C’est très utile si vous désirez aller voir le fleuve de plus près.
Quant aux plaisirs de la bouche, le quartier se caractérise par la variété.  Les restaurants traditionnels font bon voisinage avec les restaurants à la mode.

Dans les uns comme dans les autres, vous serez bien servis : “Príncipe do Calhariz” (Calçada do Combro 28/30), “Adega das Mercês” (Travessa das Mercês, 2), tous deux servent de la nourriture typiquement portugaise, et le Be Gold, un restaurant trendy (Rua da Rosa, 153).
Un des plus originaux instituts de beauté de Lisbonne se trouve à Santa Catarina, plus précisément au n° 14 D de la Rua da Rosa. Chez “Dress Up”, le concept est le “fast make up”, où en dix minutes pour cinq euros on vous coiffe et on vous maquille pour sortir faire la fête… On y trouve également des vêtements et des chaussures.
La nuit, suivez l’exemple de ceux qui vont s’amuser du côté de la Bica plutôt qu’au Bairro Alto. “O Funicular“, où tous les employés et les Dj’s sont des acteurs et “O Bicaense“ (Rua da Bica Duarte Belo, 44 et 42 A,) sont à peine deux des adresses les plus fréquentées.

Et parce qu’à Lisbonne, une des meilleures choses qui soient ce sont les vues, le “Miradouro de Santa Catarina“ (connu comme “Adamastor“)  mérite un détour.  Près du “Miradouro“, faites un saut au “Noobai Café“ où vous passerez les meilleures après-midi de votre vie.  La terrasse y est très agréable et le fleuve Tage ressemble à un décor de film.  Goûtez aux salades, croques en tous genres et aux thés.  Le vendredi et le samedi, on ferme à minuit.

Chiado

CHIADO | Venir à Lisbonne et ne pas se rendre au Chiado, c’est comme aller à Rome et ne pas voir le Pape...
En une phrase, le Chiado, c’est là où l’histoire et l’urbanisme de Lisbonne se rencontrent.  

Cette zone touristique de la Capitale commence au café A Brasileira, Rua Garrett. Inauguré en 1905, ce café est un des clichés incontournables de Lisbonne.  À sa terrasse, vous découvrirez les tribus urbaines les plus éclectiques qui soient et la statue de Fernando Pessoa qui pose aimablement pour les photographies des touristes.

Juste à côté, deux églises rappellent les tours disparues de la Porte de Santa Catarina.  L’Église du Loreto, érigée en 1528 par les italiens qui vivaient au Portugal, fut partiellement détruite par le tremblement de terre de 1755, mais restaurée plus tard; c’est un des endroits du Chiado qui mérite une visite.  
L’Église de l’Encarnação, inaugurée en 1708, a également été touchée par le tremblement de terre de 1755 et reconstruite plus tard.
Mais le Chiado c’est bien plus que deux églises à découvrir…

La Praça Luís de Camões, que n’importe quel lisboète appellera Largo Camões, n’est pas uniquement un endroit de passage. Asseyez-vous sur les escaliers du monument du poète et appréciez la vie du Chiado qui grouille autour de vous.  Le Théâtre Municipal de São Luiz fut un des premiers cinémas de Lisbonne.  Aujourd’hui c’est un théâtre municipal avec une programmation riche et variée.  Allez aussi jeter un coup d’oeil au Théâtre da Trindade et à l’Opéra de São Carlos.

C’est un des meilleurs quartiers de la ville pour faire du shopping.  Vous y trouverez des boutiques de marques internationales (Hermès et Hugo Boss, par exemple) ainsi que de stylistes portugais comme José António Tenente, StoryTailors ou Alves/Gonçalves (Pôr moradas).

Dans ce quartier, il ne vous sera pas difficile de croiser des personnalités publiques, surtout des artistes.  Différentes écoles de formation artistique y fonctionnent, comme la Faculté des Beaux Arts.  Même si vous n’êtes pas un expert en la matière, allez faire un tour au Musée du ChiadoMusée National d’Art Contemporain (Rua Serpa Pinto, 4).

Faites attention dans la rue, le trafic sur les trottoirs est toujours intense et les trams 28 passent en permanence.  Vous êtes à Lisbonne et cette ville ne se repose jamais!

Cais do Sodré

CAIS DO SODRÉ | Le Cais do Sodré est un quartier typique de Lisbonne, le long du Tage aux multiples visages.

Sodré est le nom d'une famille du 15ème siècle qui possédait des entreprises dans ce quartier qui a toujours été lié au commerce maritime. Au fil du temps, l'ensemble de la zone qui commence au bord du fleuve Tage et va jusqu’à la Rua de São Paulo est devenu plus connu comme " le Cais do Sodré" (le quai de la famille Sodré).

Le Cais de Sodré est un terminal de ferries qui relient Lisbonne à Cacilhas et Almada de l’autre côté du Tage, mais également une station de trains et de métros ainsi qu'un arrêt de bus et de tram.  Il relie le fleuve Tage au reste de la ville de Lisbonne.

Face de la gare du Cais do Sodré se trouve la Praça Duque da Terceira, une place nommée d'après le duc de Terceira dont la statue de bronze se dresse au centre.

A l'aube, c'est là que se déroule le "Mercado da Ribeira Nova", marché de Lisbonne visé, les sorte de “halles” lisboètes, du mardi au dimanche de 5 heures suivantes. Ce marché est composé d'environ 50 marchands, de véritables ambassadeurs de produits locaux: fruits, légumes, herbes et épices, huile d'olive, du vin et autres spécialités de la cuisine du Portugal... ainsi que les fleurs, viandes, poissons et fruits de mer.  Il a récemment été aménagé en "marché de saveurs", un hall avec de nombreux restaurants pour tous les goûts et de nombreux "happenings".

Un peu plus tard, il grouille de personnes qui débarquent des banlieues en trains ou en bateaux d’Almada pour se rendre sur leurs lieux de travail et repartent en fin d'après-midi.  Le soir s'approchant, l'ambiance change et c'est là que bat un des coeurs de la nuit  "alfacinha" actuelle, dans la rue "rose" (le sol est réellement peint en couleur rose!).  
Ici, la fête peut se terminer tard (ou tôt..) avec le premier train ou le premier ferry, ou encore devant un célèbre  "Cacau da Ribeira".

La Rue et le quartier de S.Paulo, connue depuis toujours comme un quartier commercial important, conserve ses caractéristiques d’origine.

Av. Novas/Saldanha

AV. NOVAS / SALDANHA | Le quartier des Nouvelles Avenues - Saldanha est l'un des plus privilégiés de Lisbonne.  Bien qu'elle ne soit pas dans le centre à proprement parler, c'est une partie très centrale de la ville.  Il ne s'agit pas d'un lieu historique et pourtant, il regorge d'édifices anciens.  C'est une zone de bureaux, de commerces et de passage.
Le Parc Edouard VII, l'un des grands parcs de Lisbonne, dans le prolongement de l'Avenue de la Liberté, en dépit de sa situation, est davantage associé aux Nouvelles Avenues.  La grande pente de pelouse qui s'étend sur vingt-cinq hectares a été ouverte au début du XXème siècle et était considérée comme une extension de l'Avenue de la Liberté.  Dans le coin nord-ouest du parc, là où se trouvait jadis une ancienne carrière de basalte,  vous pouvez découvrir l' « Estufa Fria » (La Serre Froide), avec une variété de plantes exotiques, de petits ruisseaux, des chutes d'eau, des palmiers et des sentiers, des fuchsias, des arbustes en fleurs et des bananiers.  D'autre part, l'«Estufa Quente» (La Serre Chaude) abrite des plantes luxuriantes, des lacs et des cactus ainsi que des oiseaux tropicaux.
À côté des serres, vous trouverez un lac avec de grandes carpes et une aire de jeux pour les enfants avec un galion.

Dans le haut du Parc, du côté nord, culmine le Monument pour le 25 avril inauguré en 1997, réalisé par João Cutileiro et sujet de grandes polémiques quant à sa forme.  Juste derrière, le Jardin Amália Rodrigues en hommage à la Diva portugaise du fado.
La Foire du Livre de Lisbonne se déroule chaque année dans la partie centrale du parc.
En haut du Jardin, vous trouverez El Corte Inglês, enseigne espagnole pour les achats les plus divers et disposant de 14 salles de cinéma.
En descendant en direction de la Praça de Espanha, vous pouvez observer le joli palais Palhavã, l'actuelle Ambassade d'Espagne et en face un des pôles culturels de Lisbonne: la Fondation Calouste Gulbenkian. La Fondation Calouste Gulbenkian a été créée avec l'héritage de Calouste Gulbenkian qui à sa mort a légué ses biens au pays sous la forme d'une fondation.  Outre de magnifiques jardins, vous pouvez visiter le Musée d'Art Moderne, le Musée d'Art Ancien ou encore assister à l'un des nombreux spectacles de danse, de musique et autres arts.

Quand vous vous dirigez vers Saldanha, vous comprenez tout de suite que vous êtes dans une capitale européenne.  Des édifices de plusieurs étages, un trafic intense, des étudiants et des travailleurs pressés.  Des magasins et des marques provenant des quatre coins du monde, des restaurants plus sophistiqués, des centres commerciaux, parmi lesquels les plus connus sont, sans aucun doute, l' «Atrium Saldanha», le «Saldanha Residence», le «Dolce Vita», l'ancien «Monumental» et le plus ancien et plus petit, l' «Imaviz».  Tous ces centres commerciaux ont été construits en pensant aux personnes, sans les débordements des grandes surfaces commerciales des périphéries.  Dans l'un d'entre eux, on y joue même de la musique.  Pour les amateurs de piano, cela les aide dans leurs achats.  Le «Saldanha» se caractérise ainsi par ses petites touches de luxe et de modernité.

La Place Duque de Saldanha - en hommage au militaire, politicien et homme d'état portugais - est au centre de ce quartier de la métropole qui parvient à conjuguer à la perfection la ville de Lisbonne du début du XXème siècle. siècle et celle du XXI.
Relativement aux transports, vous ne pouvez pas être mieux servis: d'innombrables bus de l'entreprise de transport Carris desservent toute la ville,  la ligne de métro jaune relie Odivelas au Rato et la rouge São Sebastião à Alameda.

Baixa

BAIXA | La “Baixa” (littéralement “la Basse”) correspond à la partie basse de la ville comprise entre les collines du Bairro Alto et les collines du Château, appelée ainsi en raison de la morphologie du terrain, une bande de terre plate entre les collines.
C’est le coeur de Lisbonne, le centre traditionnel, le quartier commercial historique, encore très actif de nos jours, avec des magasins anciens et nouveaux, des boutiques à la mode, des cafés, des restaurants, des hôtels et des services de différents types.  Ici, vous vous promenez dans un contexte unique et suggestif, rendu particulièrement vivant par l’incessant va et vient des personnes.  
Complètement  détruite par le tremblement de terre de 1755, la “Baixa” a été entièrement reconstruite par le Marquis de Pombal (raison pour laquelle elle est aussi appelée “Baixa Pombaline”) qui a doté le centre de Lisbonne de ce que l’on pourrait appeler aujourd’hui un plan urbain, constitué d’une grille de routes droites, des perpendiculaires et des parallèles entre elles, avec un système d'égoûts propre en plus des premiers édifices anti-sismiques.

Le noyau central de la Baixa est constitué de deux places limitrophes, la Praça da Figueira et la Praça D. Pedro IV.
La Praça D. Pedro IV (appelée aussi Praça do “Rossio”) constitue une des attractions touristiques principales mais aussi un point de rencontre privilégié des habitants de Lisbonne. Entourée de palais du XVIIIème siècle, on y trouve bon nombre de lieux historiques, des bars-tabacs et des restaurants, comme le le “Café Nicola” (autrefois un point de rencontre pour les intellectuels et les artistes) ou encore la célèbre “Pastelaria Suiça”. Sur le “Rossio”, on peut également admirer le “Teatro Nacional Dona Maria II”, inauguré en 1846 et l’un des plus importants de Lisbonne.

La  “Praça da Figueira” occupe un espace qui autrefois accueillait le marché à ciel ouvert de la ville.  Presqu’au centre (dans l’alignement de la “Rua da Prata”), la statue de D. João I s’érige depuis 1971.  La place est entourée de magasins un peu vieillots et démodés et le soir des jeunes s’y retrouvent souvent pour y faire du skateboard.
De ces deux places part l'enchevêtrement rectangulaire de rues qui vont jusqu’au Tage et dont l’axe principal est la “Rua Augusta”. Fermée à la circulation depuis la fin des années 80, on peut s’y promener tranquillement et y faire des courses, assister à des spectacles de rue ou encore manger un bout sur l’une des nombreuses terrasses des cafés et des restaurants qui y sont ouverts.

La “Rua Augusta” se termine par un Arc de Triomphe (construit en 1873) qui donne sur la majestueuse “Praça do Comércio” (une des plus grandes d’Europe, connue comme “Terreiro do Paço” en raison du Palais Royal qui s’y trouvait et qui fut détruit lors du tremblement de terre. Elle est ouverte sur le fleuve Tage d’un côté et fermée sur les trois autres par des ministères.  Au centre de cette place, la statue en bronze de D. José I, inaugurée en 1775, oeuvre du sculpteur Joaquim Machado de Castro et haute de 14 mètres regarde fièrement le Tage.  
La “Praça do Comércio” est désormais un espace piétonnier et sous les arcades des ministères, on peut y découvir les terrasses de nombreux cafés, parmi lesquels le célèbre “Martinho da Arcada”, un des plus vieux de Lisbonne et le préféré du poète Fernando Pessoa. Beaucoup de touristes y flânent et cette belle place accueille souvent des installations artistiques temporaires ainsi que des spectacles pour le grand public.
Le côté sud de la place s’ouvre sur le Tage auquel on accède par le  “Cais das colunas” (“Quai des colonnes), c’est à dire une jetée avec deux petites colonnes qui marque le passage entre l’eau et la terre et plus connu sous le nom de “porte de la ville” car il représente l’entrée imaginaire de la ville de Lisbonne.

Dans la “Rua do Ouro”, connue pour ses orfèvres, vous découvrirez l’ “Elevador de Santa Justa”, un véritable ascenseur en fer, haut de 45 mètres (conçu par l’ingénieur Raoul Mesnier du Ponsard, un disciple de Gustave Eiffel et inauguré en 1902), qui relie la “Baixa” au quartier du “Chiado”, plus précisément au “Largo do Carmo” et qui d’en haut offre  une vue panoramique magnifique sur toute la “Baixa”, le “Château S. Jorge” et le Tage.

Sé/Castelo

SÉ / CASTELO | Bien qu’occupant une partie réduite de la superficie de la ville, les quartiers de la Sé et du Castelo sont un monde dont on tombe facilement amoureux.  Ici, on entend presque battre le cœur de Lisbonne.  Nous sommes dans l’un des points les plus centraux  de la capitale.  Montez à bord du tram 28 et descendez près du belvédère de Santa Luzia ou encore montez à pieds, en passant par la cathédrale de Lisbonne, la Sé.  Cela en vaut la peine!

Après le prise de Lisbonne, en 1147, D. Afonso Henriques fit détruire une mosquée qui y existait et il fit construire à l’endroit où celle-ci s’érigeait l’église paroissiale.  Elle fut plus tard élevée au rang de cathédrale de la ville par D. João I.  La cathédrale de la Sé est le plus grand symbole de l’architecture romane de la ville et mérite une visite approfondie.
Les résidents et les touristes se croisent toute la journée dans le quartier du Château.  Vous allez y rencontrer des groupes de personnes avec de appareils photos en bandoulière et des femmes qui étendent le linge aux fenêtres ou qui arrosent leurs fleurs.  Le Château est l’un des quartiers qui a été touché par le tremblement de terre de 1755, mais il a été reconstruit de manière presque spontanée.  En 1938-1940, les travaux entrepris dans le Château sont devenus un symbole de la nationalité et de l’identité portugaises.

Passez par dessous l’arc de São Jorge, la Place des Armes et les vestiges médiévaux de l’ancienne maison du Gouverneur de la garde du Château / Ancienne Maison du Gouverneur de la garnison du château, avant même d’entrer dans le château.  Émerveillez-vous des vues sur la ville et sur le fleuve Tage.  Juste en face des grandes portes, de l’autre côté de la rue du Chão da Feira, vous trouverez des boutiques de vins et de souvenirs. Il y a des esplanades avec des menus en anglais et français, de petits restos typiques et des épiceries à la mode ancienne avec les caisses de fruits sur le trottoir.  Il n’est pas étonnant de voir des échafaudages  sur des immeubles en reconstruction.  Le temps ne fait pas de cadeau...
Pour déjeuner ou dîner, pas de soucis !  Les restaurants Divina Sedução (Rua Augusto Rosa 4), Clube de Fado (Rua São João da Praça 92/94) et Marquês da Sé (Largo Marquês do Lavradio 1) sont d’excellentes options.  Dans les deux derniers, on peut écouter du fado.   Vous trouverez des souvenirs de la ville chez Coisas com História (Rua Augusto Rosa 9).  Des desserts traditionnels vous attendent tout près d’ici chez Arte da Terra (Rua Augusto Rosa 40).

Alfama

ALFAMA | Alfama est à Lisbonne ce qu'Amália Rodrigues est au Fado, incontournable!
L’Alfama est un des quartiers les plus emblématiques de la ville. Dans ses rues, on y entend du "fado", les voisins qui se parlent et les enfants qui y jouent après l’école. Dans ses rues, nous nous perdons dans des culs-de-sac et des impasses qui ressemblent à des scènes créées pour une peinture de Lisbonne d’hier et d’aujourd’hui.

Cible d’un processus croissant de réhabilitation, l’Alfama reprend vie, avec des touristes qui fréquentent tous les jours ses rues, ses restaurants et ses cafés où l’on peut goûter de délicieuses spécialités portugaises, ses magasins vintage et d’artisanat portugais.
Alfama, c’est la représentation authentique des quartiers traditionnels de Lisbonne, c’est ici que l’on vit le plus intensément les fêtes populaires du mois de juin qui commémorent le saint patron de Lisbonne, Saint-Antoine. C’est aussi ici où l’on se réveille avec la tranquillité de la vie de tous les jours de ses habitants, qui ne semblent jamais pressés de se rendre quelque part.